C’était quelque part en 2011, Stephen Harper venait d’être élu pour un deuxième mandat, et je ne comprenais pas comment le Canada pouvait être gouverné par quelqu’un aussi loin de mes valeurs. Quelqu’un qui faisait passer l’argent avant tout, en pelletant en avant les problèmes sociaux et environnementaux que ça pouvait créer.

Et puis je me suis regardée. Assise à déprimer et à attendre qu’un gouvernement agisse pour moi. Sachant maintenant que ça n’arriverait pas de sitôt, il ne me restait qu’à regarder ce que je pouvais faire moi-même.

J’ai commencé tranquillement par changer mes habitudes. À mon rythme. C’est bien peu en comparaison au problème mondial, mais mon effort additionné à celui d’un voisin, c’est un bon départ. Et puis, il ne faut jamais sous-estimer l’effet d’entraînement.

Oui, l’usine voisine continue à rejeter ses déchets dans l’atmosphère, mais c’est faux que nous ne pouvons rien faire. Nous pouvons toujours refuser d’acheter ses produits. Nous pouvons tenter de faire des choix plus éclairés et de limiter notre consommation.

Je ne suis pas parfaite, je ne fais pas la morale à personne. Nous faisons tous nos choix selon des variables différentes. Mais lorsque tout semble gris, nous pouvons nous asseoir et déprimer, ou commencer à nettoyer un petit coin de la fenêtre.

Une réflexion au sujet de «  »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s