Ma salle de bain – mise à jour

Plus d’un an s’est écoulé depuis cet article, alors voici une petite mise à jour.

Vous remarquerez que j’ai omis tout ce qui concernait mes cheveux, c’est que je suis présentement en train de modifier ma routine, je vais vous en reparler dans un autre billet. J’ai aussi oublié ma brosse à dents, mon dentifrice et ma soie dentaire, mais ça c’est juste parce que j’ai la tête ailleurs.

Pour la douche, je n’utilise que mon luffa et mon savon de la Savonnerie des Diligences. Après la douche, un petit coup d’Oriculi dans les oreilles, de beurre corporel et de crème pour le visage de la Savonnerie des Diligences. Je ne prends encore ma douche que tous les 2 jours, donc je n’utilise mon beurre corporel et ma crème pour le visage qu’un jour sur deux. L’autre jour, je ne me contente que de rafraîchir mon visage à l’eau froide et de me laver les régions sensibles à la débarbouillette.

Vous remarquerez que j’utilise aussi 2 déodorants. Avec l’usage, j’ai remarqué que peu importe quel déo j’utilise, ma peau finit par réagir lors d’un usage trop fréquent. Bref, dans mon cas, alterner entre 2 déos (ici du lait de magnésie et un déo au bicarbonate de sodium de la Savonnerie des Diligences) est présentement ce qui fonctionne le mieux.

Mon maquillage se limite à un ombre à paupière gris et un mascara. Je prends tout de même le temps de me démaquiller chaque soir avec de l’huile de coco.

J’utilise toujours une brosse à dents en bambou, et mon dentifrice est de Tom’s of Maine avec fluor. Nous avons malheureusement tendance à faire des caries, alors j’hésite beaucoup à utiliser des solutions maison. Et du côté de la soie dentaire, je suis toujours à la recherche d’une solution plus écofriendly.

Je me rase toujours avec mon rasoir « old style » et je me suis acheté un blaireau pour bien faire mousser le savon. J’utilise mes retailles de savon pour ce faire.

Vous remarquerez que j’utilise beaucoup de produits de la Savonnerie des Diligences. La raison est fort simple, j’aime bien leurs produits, ils sont disponibles à La Mistinguette près de chez moi et les contenants sont consignés/réutilisables. Je dois malheureusement traverser la moitié de la ville pour trouver les ingrédients en vrac pour faire mes propres produits, ce qui pour moi n’en vaut pas la peine.

 

L’épicerie, la suite

En août 2015, je vous faisais un petit résumé sur ma façon de faire mes achats. Je me suis dit qu’une petite mise à jour ne ferait probablement pas de tort.

J’ai découvert Nousrire en début d’année, et depuis mes épiceries se sont beaucoup simplifiées. Les commandes se font tous les 2 mois (environ), il faut donc prévoir et « stocker » un peu, mais les prix sont bons et tout est bio. Beaucoup de produits locaux aussi. On se présente avec nos contenants sur place, la journée de ramassage, et hop, on est bon pour 2 mois. Ils sont présentement en période de commande, je vous invite à visiter le site web pour avoir une idée des produits, des prix et des endroits pour le ramassage.

Je crois bien avoir eu mon dernier été avec mon fermier de famille. Le point de chute est plutôt loin de mon nouvel appartement et, malgré un panier aux 2 semaines, on a encore eu beaucoup trop de pertes. Avec le jardin, qu’on veut refaire l’été prochain, je ne crois pas que ça ira en s’améliorant. En contrepartie, j’aime bien la liberté de pouvoir composer (ou sauter) mon panier Lufa. J’aime aussi encourager l’idée des fermes sur les toits en milieu urbain. Cette solution n’est cependant pas parfaite, puisqu’encore beaucoup de produits viennent emballés.

Je suis toujours une fidèle cliente de La Mistinguette, la Branche d’Olivier et de la Fromagerie Copette (quoique plus souvent pour le pain et les viennoiseries que pour le fromage).

Les produits que j’achète encore emballés sont : quelques fruits et légumes de Lufa (difficile de prévoir ce qui sera emballé, malheureusement), la litière, la bouffe à chat, le tofu, le maïs en canne, les edamames congelés, lait de soya pour dépanner (lorsque je n’ai pas eu le temps de faire mon lait d’amande), les saucisses ou galettes vegés à l’occasion et les cochonneries (chips, crème glacée, jus, bières, vin, etc.), que je limite le plus possible.