Shampoing sec

Mes cheveux ont toujours été ma bête noire. Trop fins, trop secs, trop gras, pas assez de volume, jamais de la bonne couleur. J’en faisais une fixation. La découverte du shampoing sec a été une révélation pour moi. Je pouvais enfin, en quelques minutes, avoir l’air présentable même sans avoir eu la chance de me doucher dans la journée.

Par contre, ma nouvelle dépendance avait un coût et engendrait beaucoup de déchets. Heureusement, le shampoing sec est le produit le plus facilement remplaçable de votre pharmacie. Dirigez-vous vers le garde-manger, sortez la fécule de maïs, et vous voici avec un shampoing sec maison! Pour les cheveux plus foncés, on y ajoute un peu de cacao afin de rendre le produit plus foncé. Pas trop par contre, l’ingrédient principal doit rester la fécule de maïs.

Même si on aime les recettes simples, on peut parfois avoir envie d’un peu de créativité, alors voici ma recette de shampoing sec. image

  • 2 c. à soupe de fécule de maïs
  • 1 c. à thé de cacao
  • 1/2 c. à thé de bicarbonate de sodium (pour absorber les odeurs dans les cheveux gras)
  • 1/2 c. à thé de cannelle (supposément bon pour le cuir cheveulu)
  • 1/2 c. à thé de gingembre en poudre (supposément bon pour la pousse de cheveux)

La cannelle et le gingembre aident aussi à camoufler l’odeur du cacao. Ne vous inquiétez pas, vos cheveux ne sentiront pas trop, tant que vous ne vous promenez pas sous une averse.

Pour l’application, j’utilise un vieux pinceau à fond de teint, et j’applique le tout sur ma séparation, ainsi que sur et sous ma frange (mon truc pour éviter le front gras sous le toupet). Ensuite, je sépare mes cheveux à deux endroits de chaque côté de ma tête (inutile d’être précis), pour y appliquer le shampoing sec et je termine avec la nuque. Je laisse le produit agir quelques minutes et je brosse, idéalement avec une brosse en poil de sanglier. Pour espacer les lavages, un brossage avec la brosse en poil de sanglier, matin et soir, aide beaucoup. J’y reviendrai dans un prochain billet sur ma routine du cheveu.

Zéro déchet, tous les ingrédients on été acheté en vrac.

Gruau aux bananes et au rhum

Parfois, après des journées caniculaires, on se retrouve avec des matinées un peu plus fraîches et des envies d’un déjeuner plus gourmand.

Oubliez le gruau en sachet, cette recette de Oh She Glows* va vous réconcilier avec ce déjeuner de votre enfance!

C’est aussi une bonne façon de passer des bananes trop mûres, ce qui tombe bien puisque j’en ai acheté quelques unes en spécial cette semaine.

Ce qu’il vous faut :

  • 3/4 de tasse de gruau
  • 1/4 de tasse de farine (j’ai pris sarrasin, car c’est tout ce qui me restait)
  • 1 c. à thé de cannelle
  • 1/2 c. à thé de poudre à pâte
  • 1/2 tasse de de noix de Grenoble (ou autres noix)
  • 1 tasse et 1/4 de lait d’amande (ou autre lait au choix)
  • 3 bananes mûres tranchées
  • 1 c. à table d’huile de coco (ou autre huile au choix)
  • 1 c. à table de sirop d’érable
  • 1 ou 2 c. à table de rhum
  • 1 c. à thé de vanille

Préchauffer le four à 350°F.
Dans un bol, mélanger les 6 premiers ingrédients. Mettre de côté.
Faire fondre l’huile de coco avec le sirop d’érable et le rhum. Bien mélanger. Ajouter ensuite les bananes tranchées et cuire dans la poêle pendant 5 minutes. Retirer du feu et ajouter la vanille.
Mélanger les bananes avec les ingrédients mis de côté et mettre le tout dans un plat graissé allant au four (ou mélanger directement dans la poêle si elle va au four). Mettre au four pendant 45 minutes.
Déguster chaud ou froid.

*Cette recette est pratiquement identique à l’originale, mais puisque j’ai quelques lecteurs qui ne sont pas à l’aise avec l’anglais, je me permets de la traduire ici.

image

La plupart des ingrédients de cette recette ont été achetés en vrac et j’ai fait mon propre lait d’amande. 
Récupération : La bouteille de rhum (en vitre), la bouteille de vanille et le pot d’huile de coco (en plastique, format Costco) ainsi que la canne de sirop d’érable iront éventuellement à la récupération.
Compost : Les pelures de bananes.
Déchet : Rien.

À table!

Enfin un sujet intéressant. Manger. Une de mes plus grandes passions!

J’ai longtemps hésité à parler de cuisine sur un blogue. J’aime manger, j’aime faire à manger, mais je suis loin d’être une pro. À force d’essayer des recettes pour 2 enfants difficiles et un conjoint qui hésite toujours un peu devant de nouveaux aliments, et à force de me faire demander des recettes, je commence à me dire que mon expérience peut probablement servir à quelqu’un.

Cuisiner végé a beaucoup d’avantage. Inutile de prévoir la veille de dégeler la viande, on peut faire des tests sans craindre de ne pas assez cuire le poulet et il est beaucoup plus facile de deviner si un légume est encore bon qu’un oeuf.

Comme je l’ai dit précédemment, un de mes buts ici est de vous montrer qu’il est possible de faire de bons repas, pas trop compliqués et sans viande, à intégrer au menu un soir semaine, ou même plus si ça vous tente!

J’ai aussi l’intention d’intégrer à mes recettes les déchets générés, question de démontrer qu’il est aussi possible de bien manger sans trop de déchets.

D’ici là, je vous laisse avec quelques livres de cuisine qui m’inspirent ces temps-ci. Je vais compléter cette liste à la suite de mes lectures.