Je fais le défi végane 21 jours

Ok, je sais ce que vous vous dites, un défi végane, pour une fille comme moi qui n’aime pas les étiquettes, ce n’est pas un peu un non-sens? Oui, mais non. J’ai réalisé dernièrement, que bien que je croyais mon alimentation principalement végétalienne, je m’accordais encore beaucoup de latitude, pas par envie de manger des produits animaliers, mais pour ne pas me compliquer la vie. Bref, je me suis dit que me forcer pendant 21 jours me permettrait de trouver des solutions créatives aux take-out, sorties au resto et autres.

Si vous voulez suivre mon « périple » c’est dans mes stories Instagram que ça se passe. Sinon je prévois faire un petit récapitulatif ici chaque semaine.

Végé-truc

J’ai été élevée dans une famille typiquement québécoise. Notre congélateur était rempli de viande, qu’on mangeait au dîner, souper et même parfois au déjeuner. Mon père est un amateur de bonnes viandes, pour qui mettre de la sauce sur un steak est un sacrilège. Ma mère faisait de son mieux pour nous offrir de bons repas, malgré un mari casanier et un fils difficile. Je ne me souviens pas d’avoir mangé des légumineuses chez mes parents, à part les traditionnelles fèves au lard et j’ignore si mes parents ont eu la chance de goûter du tofu à ce jour.

Ce n’est que lorsque j’ai quitté le nid familial que j’ai réalisé à quel point j’étais peu intéressée, à quelques exceptions près, par les produits animaliers. Je ne bois jamais de lait (sauf dans le café), j’ai une relation amour/haine avec le yogourt et je ne suis pas une adoratrice d’œufs (sauf bénédictine). Et la viande, je la cuisinais surtout par obligation. Par contre, j’adore le fromage et les tartares. Je vous avais dit que j’étais pleine de contradictions.

Je songeais et essayais de diminuer notre consommation de viande depuis un bout de temps lorsque mon conjoint est devenu soudainement végétarien. Cet homme, mangeur de viande et détesteur de tofu, est devenu du jour au lendemain (ou presque) incapable de manger des « animaux morts ». Un jour peut-être, il viendra ici vous expliquer le pourquoi de son végétarisme. Ceci dit, j’ai pris l’événement de façon positive, comme un nouveau défi à relever.

Aujourd’hui je vous dirais que notre alimentation à la maison est 95% végétarienne et de plus en plus végétalienne. Et je tente, dans la mesure du possible, de privilégier l’achat bio pour ma consommation animalière et pour le reste aussi. J’y reviendrai.

Pourquoi?

Pour l’environnement. La « production » de viande nécessite beaucoup d’eau et d’énergie, et la quantité de viande que nous mangeons est si grande que le tout est fait au détriment de notre planète.

Pour la santé. Certaines personnes/études vont jusqu’à dire que la consommation de produits animaliers est mauvaise pour la santé. Qu’on y croie ou non, il reste que la quantité de viande consommée dans notre société est beaucoup trop grande pour nos besoins réels. Mon opinion personnelle est que l’animal n’est pas poison, mais il n’est pas non plus nécessaire à notre alimentation.

Pour les animaux. Je n’ai personnellement aucun problème à manger un « animal mort ». Je ne peux cependant pas éthiquement accepter l’industrie animalière actuelle. Des animaux vivant confinés dans de trop petits espaces, sans voir la lumière du jour, gavés aux grains et aux antibiotiques, sacrifié pour leur peu d’intérêt et j’en passe. Et des éleveurs pris dans un système dont il est financièrement impossible de se sortir.

Je ne veux pas m’étendre plus longtemps sur les raisons qui peuvent pousser au végétarisme/végétalisme, ce n’est pas mon but et d’autres le font beaucoup mieux que moi. J’espère plutôt arriver à vous montrer qu’il est possible de bien s’alimenter en mangeant moins de viande. Cependant, si le sujet vous intéresse, je vous ici laisse quelques ressources, que je compléterai avec le temps :